L’architecture dominicaine, un héritage des tainos et des premiers colons européens

Du temps des arawak se construisait les bohio, des huttes primaires à base de matériaux végétaux (surtout de palmier), et qui se perpétue jusqu’à nos jour dans les campagnes dominicaines et des zones touristiques qui inspire leur chambres d’hôtes des huttes anciennes mais avec des matériaux et styles plus contemporains. Et depuis l’arrivée des premiers colons en 1492 qui ont introduit des styles et techniques nouveaux, l’architecture a pris de nouvelle forme. Saint-Domingue, la capitale et zone coloniale en ce temps a été édifié à partir du plan damier.

L’architecture évolue au fil du temps

En parlant des villes coloniales, l’influence est d’origine espagnole et mauresque : patios intérieur ombragés, les balcons et les fenêtres ornés de fer forgé, les portes massifs et les toits en tuiles. Parmi les premières constructions les plus notables des apports coloniaux sont les grands édifices comme la cathédrale Santa Maria la Menor, dressée dans un style gothique tardif.

Dans les régions rurales et côtières, l’architecture s’inspire des cases créoles classiques en latte de bois, accompagnées d’une terrasse protégée par un auvent et peinte de couleur vive pour mieux contraster à la verdure de la végétation.

Mais au fil du temps, le passé donne place au présent : de plus en plus, des complexes hôteliers voient le jour pour promouvoir le tourisme local et face à la période cyclonique, on assiste à des constructions en dur des maisons rurales et côtières qui autrefois étaient en bois.

À propos de l'auteur

Par webmaster / Administrator

Suivrewebmaster
le Sep 25, 2015

aucun commentaire

Répondre